Nord-Kivu : les Wazalendo accusent les casques bleus d’avoir abandonné leurs positions au M23 à Murambi

Wazalendo

Nord-Kivu : les Wazalendo accusent les casques bleus d’avoir abandonné leurs positions au M23 à Murambi

Les casques bleus de la MONUSCO, qui participent à l’opération SPRINGBOK, sont accusés par des résistants appelés « Wazalendo » d’avoir cédé leurs positions sur les collines du village de Murambi aux rebelles du M23, qui sont soutenus par l’armée rwandaise.

Un responsable de ces jeunes résistants a été contacté par Actu30.cd ce vendredi 9 février 2024 et a révélé qu’un d’entre eux a été blessé par les éléments du M23 lors d’une base de la MONUSCO.

Depuis mercredi, nous avons dénoncé que la MONUSCO avait laissé ses bases militaires à l’armée rwandaise, mais personne ne nous croyait. Il an informé que les travailleurs qui se sont rendus sur le site le vendredi 9 février, sachant que la MONUSCO était présente, ont été blessés par l’armée rwandaise qui occupe la base située sur les collines de Murambi.

Une source proche de la MONUSCO, qui a été contactée à ce sujet par votre média, parle, cependant, d’une fausse information affirmant que la mission soutient le gouvernement congolais.

« C’est complètement faux. Elle a souligné que la MONUSCO collabore en étroite collaboration avec les FARDC qu’elle soutient dans le cadre de l’opération SPRINGBOK pour protéger la ville de Goma et la cité Sake.

Il est important de souligner qu’une nouvelle bombe an explosé dans la cité de Sake, dans le quartier Bikali, toujours au Nord-Kivu, sans causer de graves dégâts.

@kazibaonline

A propos Webmaster 323 Articles
Noé Juwe Ishaka ; Ph.D Candidate ; Adler University, Chicago Campus, IL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire