Les États-Unis prévoient de retirer leurs troupes du Niger

Face aux demandes du gouvernement nigérien, Washington entame un retrait ordonné de ses forces militaires.

Les États-Unis prévoient un retrait “ordonné et responsable” de leurs troupes présentes au Niger, a déclaré un responsable du Département d’État américain vendredi. Ce retrait fait suite à la décision du gouvernement nigérien de considérer les 1 000 soldats américains stationnés dans le pays comme indésirables.

Lors d’une réunion tenue à Washington vendredi, le sous-secrétaire d’État américain Kurt Campbell et le Premier ministre nigérien Ali Lamine Zeine ont convenu “d’initier des conversations à Niamey pour commencer à planifier un retrait ordonné et responsable des troupes américaines du Niger”, a déclaré le responsable dans un communiqué destiné à plusieurs médias américains.

Une délégation américaine se rendra prochainement à Niamey, la capitale nigérienne, pour organiser ce retrait. La majorité des 1 000 soldats américains déployés au Niger sont stationnés à la base aérienne de 201, un établissement de 100 millions de dollars construit en 2016. Les forces américaines ont utilisé cette base pour mener des opérations de drones dans toute la région du Sahel, mais l’installation est restée inutilisée depuis que des officiers militaires ont renversé le gouvernement de Mohamed Bazoum, soutenu par l’Occident, l’année dernière.

Le nouveau gouvernement nigérien a entrepris de réexaminer les accords militaires avec la France et les États-Unis, qui menaient des opérations anti-jihadistes au Sahel depuis 2013. Ces opérations étaient largement perçues comme inefficaces dans toute la région, et la France – ancienne puissance coloniale du Niger – a été contrainte de retirer ses troupes à la fin de l’année dernière.

En réaction au coup d’État, les États-Unis ont suspendu leur aide au développement au Niger, mais les responsables américains espéraient initialement pouvoir maintenir leurs forces dans le pays. Cependant, la Maison-Blanche a insisté sur un retour au régime civil à Niamey et, en mars, le gouvernement nigérien a suspendu son accord de coopération militaire avec Washington.

Lors d’une manifestation à Niamey le week-end dernier, des responsables gouvernementaux ont rejoint des milliers de manifestants pour exiger le retrait final des forces américaines du pays. La Synergie des organisations de la société civile nigérienne, qui a organisé les manifestations, a affirmé qu’un “nombre exponentiel” de civils et de soldats nigériens avaient été tués par la “force de mercenaires importés” au cours de la dernière décennie.

Face au recul de l’influence des États-Unis et de la France, le Niger s’est tourné vers la Russie pour ses besoins en matière de sécurité. Le dirigeant de la transition au Niger, Abdourahamane Tchiani, s’est entretenu avec le président russe Vladimir Poutine le mois dernier pour discuter de la coopération anti-terroriste dans la région du Sahel. Quelques semaines plus tard, des instructeurs militaires russes sont arrivés à Niamey avec une cargaison d’équipement, selon les médias locaux.

Les États-Unis ont “exprimé des inquiétudes” concernant les relations de plus en plus étroites entre le Niger et la Russie, ainsi que sur un accord présumé de vente d’uranium entre le Niger et l’Iran, a déclaré le Pentagone le mois dernier. Cependant, le Niger n’est pas le seul pays du Sahel à renforcer ses liens avec Moscou ces dernières années. Le Mali et le Burkina Faso, qui ont vu leurs gouvernements soutenus par l’Occident renversés en 2021 et 2022 respectivement, ont expulsé les forces françaises et ont cherché de nouveaux accords de sécurité et de commerce avec la Russie.

Kaziba Online
A propos Webmaster 402 Articles
Noé Juwe Ishaka ; Ph.D Candidate ; Adler University, Chicago Campus, IL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire