L’Amérique Doit Agir pour Éviter une Guerre Rwanda-Congo

Rwanda-Congo

Rwanda-Congo
US flag White House - Washington DC United States

La dernière grande guerre dans la région des Grands Lacs a fait plus de 5 millions de morts. Seule la pression de Washington peut empêcher un nouveau conflit

L’été 2022 a marqué un moment critique lorsque j’ai traversé la frontière du Rwanda pour entrer dans la ville assiégée de Goma, en République Démocratique du Congo (RDC). La différence était frappante entre la police frontalière rwandaise, équipée de ses carabines en polymère noir de fabrication chinoise, et les soldats congolais fatigués, armés de leurs anciens Kalachnikovs.

Un politicien provincial congolais, éprouvé par les réalités du terrain, m’a confié sous le sceau de la confidentialité : “Nous ne pouvons pas envahir le Rwanda ou l’Ouganda”, avant d’ajouter en passant ses doigts sur sa gorge, “mais nous ne pouvons pas non plus négocier avec un couteau sous la gorge.”

Depuis cette conversation, les troupes rwandaises et leurs forces locales proxy du Mouvement du 23 Mars (M23) ont complètement encerclé Goma. Alors que le gouvernement rwandais nie simultanément soutenir le M23 tout en justifiant son intervention comme nécessaire pour la sécurité du Rwanda, l’implication directe du Rwanda a été largement documentée par les Nations Unies et reconnue avec inquiétude par le Département d’État américain. Une telle menace à la sécurité devrait être inacceptable pour les États-Unis. L’État islamique, également actif dans l’est du Congo, gagne du terrain et organise des attaques terroristes régionales, tandis que les troupes congolaises et ougandaises se repositionnent pour affronter le M23.

Des inquiétudes émergent quant à la possibilité que le Congo se tourne vers la Russie pour renforcer son armée en difficulté, bien que jusqu’à présent, Kinshasa ait fait appel à des entrepreneurs militaires non russes (principalement roumains). L’arme la plus efficace du Congo dans le conflit est l’arrivée récente de drones d’attaque chinois. Les casques bleus de l’ONU et l’intervention militaire multilatérale dirigée par l’Afrique du Sud sont destinés à la retraite, à l’humiliation ou à l’enlisement si le conflit se prolonge. Aucun acteur externe n’a la volonté de s’engager avec les ressources nécessaires pour vaincre le M23 sur le champ de bataille.

Les coûts réputationnels pour l’inaction américaine sont également tangibles et sérieux. Tshisekedi a ouvertement soutenu les États-Unis contre la domination chinoise dans le domaine minier et appuyé les résolutions de l’ONU condamnant la guerre de la Russie en Ukraine. Si les États-Unis veulent attirer des partenaires en Afrique, ils doivent les soutenir lorsqu’ils sont menacés.

Cela ne signifie pas fermer les yeux si Tshisekedi tente de centraliser le pouvoir de manière illégale, mais cela signifie forcer les Rwandais à la table des négociations. Plus largement, ne pas répondre à l’agression en Afrique centrale reflète mal sur l’engagement public de l’administration Biden envers les normes internationales et alimente les accusations d’hypocrisie alors que Washington condamne l’agression russe en Ukraine.

La bonne volonté envers les États-Unis au Congo est précaire, entachée par le souvenir du soutien constant à l’Ouganda et au Rwanda tout au long de leurs invasions du Congo entre 1996 et 2003. Mais Washington a également montré qu’il pouvait utiliser son influence quand nécessaire – et obtenir les résultats recherchés.

Humiliés, de nombreux Congolais sont désormais prêts à porter la guerre à sa source. La perspective d’une guerre interétatique dans la région se profile à nouveau. La dernière fois que ces États se sont engagés dans une guerre, jusqu’à 5,5 millions de personnes sontmorts. Les États-Unis, principal donateur bilatéral au Rwanda, ayant versé plus de 170 millions de dollars d’aide l’année dernière à un pays où plus de 40 pour cent du budget national provient de l’aide internationale, doivent utiliser leur influence considérable pour contenir cet incendie mortel.

Le soutien rwandais au M23 introduit un risque inacceptable d’escalade régionale. Le président congolais Felix Tshisekedi gère les suites de sa réélection controversée ; l’élite du Burundi est bien armée et divisée ; l’Ouganda s’approche d’une crise de succession à la tête du pays alors que son président vieillissant, Yoweri Museveni, âgé de 79 ans, promeut son fils imprévisible (connu pour son utilisation indiplomatique des médias sociaux) à la tête des forces armées ; et le vernis de développement du Rwanda cache ses propres tensions volcaniques.

Tous ces pays ont désormais des troupes qui se font face dans l’est de la République Démocratique du Congo. Il serait une erreur de sous-estimer la frustration de nombreux Congolais et leur volonté de défier le Rwanda sur son propre territoire.

Foreign Policy.

Kaziba Online
A propos Webmaster 382 Articles
Noé Juwe Ishaka ; Ph.D Candidate ; Adler University, Chicago Campus, IL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire